Actions sur le document

Pour un jardin "Nature" bienvenue - à Mouscron aussi ...

Mise en situation - retour du printemps

Avec le retour prochain des beaux jours, notre service sera bientôt sollicité pour des problèmes d’entretien de terrains et/ou de jardins. Les appels téléphoniques pour ce genre de désagrément sont un peu nos hirondelles à nous, signes annonciateurs de printemps. 😉

Il est vrai que la configuration et la population très dense de certains quartiers de l’entité peuvent engendrer quelques problèmes entre voisins. Certaines personnes ont une passion pour leur jardin et peuvent y passer des heures afin de bichonner plantes, parterres et autres fleurs. Et il suffit d’un voisin peu, voire pas soucieux de son jardin pour ruiner les efforts des jardiniers passionnés aux alentours. Il est évident qu’avoir côte à côte une jungle impénétrable et un jardin digne  de celui du château de Versailles peut être problématique et générer des conflits de voisinage.

Respectons le RGP

Lorsque nous intervenons pour ce type de désagréments, nous devons tenir compte de la sensibilité et des passions de chacune des parties en présence. Essayer de trouver le juste milieu entre les adeptes du jardin coupé aux ciseaux et au millimètre près et ceux dont son entretien est une corvée. La plupart du temps nous demandons une application du Règlement Général de Police, à savoir, un entretien régulier et une fauche deux fois l’an.  Toutefois, une certaine tolérance est préconisée. Nous ne demandons pas à tout un chacun de faire de son jardin un green de golf !!

Il y a jardin "green" et jardin "vert"

A ce propos, il y a quelques années, notre service s’est rendu chez une dame qui se plaignait du terrain en friche situé juste à côté de chez elle. Arrivés sur place, nous constatons effectivement que son jardin est nickel mais qu’à côté, le terrain est quelque peu « négligé ». Le jardin de la plaignante est très (trop) bien entretenu. Un carré d’herbe tondu à ras avec, en son milieu, un petit arbuste. Tandis qu’à côté poussent ça et là, des hautes herbes, des érables, orties et autres plantes. Pour la plaignante, ce terrain est « dégueulasse » (sic). Nous lui répondons que son appréciation n’engage qu’elle mais surtout nous lui faisons remarquer une chose.

Dans son jardin, aucune vie, pas d’oiseaux, pas d’insectes, rien. Par contre, à côté, sur le terrain « dégueulasse » pullule un grand nombre d’oiseaux venus manger les graines et les insectes présents dans la flore locale. Nous lui disons qu’un jardin, style « green de golf » est un désastre du point de vue biodiversité. Ces carrés verts n’attirent rien. Ils sont, certes, plus faciles à entretenir, mais sont un désert.  Les agrémenter de plantes, de fleurs mellifères et d’arbustes les rend beaucoup plus attractifs pour les animaux.

Ce jour-là, nous avons, bien sûr, fait notre travail (demande d’entretien du terrain en friche) mais réussi à sensibiliser une dame à la biodiversité, même sur un petit périmètre. Nous pouvons dire que nous avons été gagnants sur les deux fronts ...